Lancement d’un nouveau site d’annonces classées à Montréal ce dimanche

Ce dimanche à 17h22 à Montréal avait lieu le lancement officiel d’un nouveau site d’annonces classées.

InterAnnonces.com

Le blogue Technoblogue c’est demandé pourquoi précisemment 17h22?

La réponse est venu que c’est tout simplement le 22-11-2009 à 17h22, il ne faut pas chercher de midi à quatorze heure.

Effectivement 17h22 ce n’est pas de midi à quatorze heure.

Quoi qu’il en soit, le site est facile à utiliser et gratuit. Ses sections sont très bien catégorisées.

L’équipe d’InterAnnonces.com vise également pour 2010, les marchés de Sherbrooke, Trois-Rivières, Drummondville, Gatineau et la Ville de Québec.

Élections municipales de Montréal 2009, un beau tableau consultatif de Cyberpresse

Dans le cadre des élections municipales de Montréal, Cyberpresse nous offre un beau tableau consultatif sur les différents arrondissements de Montréal, de Laval ainsi que Longueuil et quelques autres villes de la banlieue.

Pour chacun des arrondissements de Montréal et pour la ville de Laval vous pourrez connaître sa population totale, son pourcentage d’immigrants, le pourcentage de personnes parlant Français à la maison et le revenu moyen par ménage.

Très intéressant comme site, que c’est donc beau Internet !

Dommage parcontre que les citoyens ne puissent pas voter par Internet à ces élections municipales.

Les géants tels que Microsoft devraient pousser ce genre de vote.

Trouvepac.com, les déboires du site LesPac.com semble raviver les autres sites

On l’a vu ici sur ce blogue, les internautes sont mécontents du nouveau look du site d’annonces classées LesPac.com ce qui en amène plusieurs vers d’autres sites.

Cette semaine en cherchant des sites d’annonces classées je suis tombé sur le site TrouvePac.ca actuellement en version Béta.

Le site cherche actuellement des annonces parmi les sites Dejavu.ca et Annonces123.com.

C’est une belle initiative, si d’autres sites se greffent à ce site, TrouvePac.ca pourrait se loger rapidement tans le top 3 des sites d’annonces classées du Québec.

Actuellement au Québec les sites d’annonces classées arrivent dans cet ordre d’achalandage selon le site Alexa.com.

Donc voici le top 20 des sites d’annonces classées au Québec.

#1 Kijiji

#2 LesPac.com

#3 lespuces.com

#4 annoncextra.com

#5 canada-annonces.com

#6 merkado.ca

#7 benben.ca

#8 annonces123.com

#9 vitevitevite.ca

#10 dejavu.ca

#11 cvendu.ca

#12 quebecannonce.com

#13 babillardelectronique.com

#14 lesrubriques.com

#15 pourvendre.ca

#16 monbazar.ca

#17 acam.qc.ca

#18 trouvepac.ca

#19 topannonces.ca

#20 kazolo.com

les autres…

vendvite.com

annonces360.com

pacduweb.com

lestrouvailles.ca

interannonces.com

vospac.com

avendu.net

Cvendu devient payant. Quelle gaffe!

J’ai reçu un courriel du site Internet d’annonces classées  de Cyberpresse (La Presse) hier.

Voici le résumé.

— Nous aimerions vous informer que, à partir du 21 octobre 2009, la publication d’une annonce sur le site de CVendu.ca sera dorénavant facturée d’un montant de 1,99* $ (plus taxes applicables) pour une publication de 30 jours. —

Quelle gaffe !

Pour compétitionner Les Pacs qui s’est tiré dans le pied avec son nouvel interface, Cvendu se devait d’éviter de mettre le prix de placement d’une annonce à 1,99$.

78% des internautes Chinois téléchargent illégalement

Les internautes Chinois sont les champions du téléchargement illégal de musique, selon un classement de l’institut de sondages Ipsos. Quelque 78% d’entre-eux reconnaissent avoir recours à ces pratiques. La moyenne mondiale est de 44%.

En deuxième position arrivent les Russes, avec 68%, puis les Indiens, avec 48%, les Emirats arabes unis et l’Espagne, avec 44%, le Brésil, avec 42%, et l’Italie, avec 34%.

Le téléchargement illégal semble moins répandu aux Etats-Unis (18%), au Japon (15%), en France (15%), en Grande-Bretagne (12%) et en Allemagne (11%).

Ces chiffres ont été obtenus à l’issue d’un sondage auprès de 6 500 internautes dans douze pays.

Il ne faut pas s’étonner de cela et non plus s’étonner du prix des CD qui ne baissent pas.

Avant un nouvel artiste pouvait s’assurer d’une certaine continuité monétaire en lançant un album.  Maintenant combien de nouveaux artistes vivent d’un lancement d’album?  Ils doivent rapidement se tourner vers les salles de spectacles où le coût des billets est de plus en plus astronomique.

Pour les artistes existants il est clair que leur avenir monétaire passe par les spectacles.  Prenez ce soir où Metallica est en ville à Montréal, à l’achat de bons billets se vendaient 140$ chacun.  Allez voir sur le marché de la revente.  Si vous trouvez de bons billets en bas de 450$ la paire vous serez très chanceux.

L’histoire ne dit pas si les artistes et producteurs ne contribuent pas à ce téléchargement illégal afin d’augmenter le prix des billets.

On observe la même chose au niveau des prix en salle de cinéma.  Vu que plus de gens téléchargent ou copie des films en format DVD, le prix des billets explosent en salle.  Quand on est rendu à payé 13$ le billet pour voir un film, il y a quelque chose qui ne tourne pas rond.  On parle ici de 26$ pour aller voir le film en salle où la tranquilité n’est même pas garantie.

C’est pourquoi de plus en plus de gens se font leur propre cinéma à la maison avec de gros écrans ou un projecteur.  Ça ne revient pas moins cher sauf qu’ils décident du moment où ils écouteront le film et en toute tranquilité.

Ne soyez pas surpris si bientôt le prix des billets en salle de cinéma montent à 20$.

Je sais que les gens qui téléchargent se disent que les artistes (chanteurs, acteurs etc..) sont riches.  La réalité est tout autre et ce piratage est en train de changer les fondement de ces industries et à long-terme ce n’est pas viable.

Le même phénomène se produit au niveau des logiciels et des jeux vidéos.  Les gens se disent que les Electronic Arts, Microsoft, Symantec, Apple, Autodesk,  McAfee et Adobe de ce monde sont riches et qu’ils n’ont aucun problèmes à télécharger illégalement leurs logiciels.

Il est vrai que les grands producteurs de logiciels sont riches.  Sauf que le problème est que les pirates n’aident pas la cause des petits producteurs de logiciels.  Ainsi les grands devienennt plus grands à cause des pirates.

Je crois que la solution à court terme pour contrer le téléchargement illégal est qu’il devrait y avoir une convention internationale au niveau des fournisseurs Internet pour barrer tous les sites Internet (Torrent et autres) qui permettent le téléchargement illégal de musique, de films et de logiciels.

Allez pirates de ce monde, un peu de conscience et cessez de télécharger illégalement.

Avec Internet, Rupert Murdoch sent la soupe chaude.

Sans aucun doute parce qu’il sent la soupe chaude avec Internet, le groupe métiaque News Corp., propriété du magnat Rupert Murdoch, est en négociations avec d’autres groupes de presse pour créer un consortium qui ferait payer à ses lecteurs l’accès à ses contenus Internet et sur téléphones portables, rapporte le Los Angeles Times vendredi.

Le LA Times assure que le responsable des nouveaux médias au sein de News Corp., Jonatahan Miller, se serait déjà entretenu avec des responsables des sociétés éditrices du New York Times, du Washington Post, de Hearst et du groupe Tribune.

Depuis plusieurs mois, les quotidiens américains doivent faire face à une très forte baisse de leurs revenus provenant de la publicité. Leurs lecteurs sont aussi plus friands des éditions sur Internet, gratuites pour bon nombre de quotidiens.  Certains quotidiensont vu leur édition amputé de plusieurs pages.

Au début du mois, Rupert Murdoch avait cependant indiqué qu’il comptait désormais faire payer les internautes souhaitant lire en ligne les articles des journaux de son groupe, qui compte en son sein le New York Post aux États-Unis, ou encore le Times et le Sun en Grande-Bretagne.

Le Wall Street Journal, également dans le giron de M. Murdoch, fait déjà payer ses lecteurs pour accéder à ses articles sur Internet et revendique être le journal payant le plus lu sur la toile.

Mais selon Alan Mutter, un ancien éditorialiste, la réalité est que, soit tous ceux qui produisent des informations se mettent à faire payer leur produit, soit ceux qui font cavalier seul vont se casser les dents.

Il est évident que quand ce n’est pas gratuit sur Internet, c’est rare que ça connaît un grand succès.  Dans le cas de News Corp. et de Rupert Murdoch on parle de faire payer pour lire des nouvelles ici.

Ça ne tient pas la route.  Pour un site de rencontres, un site d’annonces classées je veux bien, mais pour lire des nouvelles ça n’aacun bon sens.

Rupert Murdoch appartient à cette classe d’individus qui ne semble pas croire au média qu’est le web.  Normal il a bâti sa fortune avec la télévision et les journaux papiers.  Vu son manque de vision, il veut faire reculer le web afin de pouvoir continuer à s’emplir les poches.  Bien ce cher Murdoch devra innover et faire payer les gens pour du contenu de nouvelles ce n’est pas innover mais régresser.

Parlant de la presse écrite.  Je me souviens de l’édition du PC Magazine au début des années 90 qui contenait un bon 350 pages à chaque deux-trois semaines.  Maintenant allez acheter le PC Magazine.  Il a réduit plus de moitié.  Les revenus publicitaires ont diminué.  En informatique parfois les publicités ça informe davantage qu’un article question de se mettre au courant des nouveautés.  C’est maintenant vers le web que se sont tournées les informaticiens et c’est ainsi que le groupe Ziff-Davis a ajouté le .COM à la plupart de ces magazines sur le web.  Mais depuis quelques années, souffrant de la concurrence d’Internet, le groupe Ziff-Davis a essuyé des vagues de désabonnements de ses magazines, mettant en danger son existence même. De 2001 à 2007, ses recettes publicitaires sont passées de 215 à 40 millions de dollars et ses revenus ont été divisés par quatre.  Tout simplement ils n’ont pas su s’adapter assez rapidement.

Le Sélection du Rider Digest est un autre bel exemple.

Le média de l’avenir c’est le web et le contenu portable.  Les journaux, la radio, la télé existeront toujours mais seront davantage des médias relégués au second plan face à Internet.  L’explosion récente des canaux de télé que vous offre votre câblodistributeur est mis en péril à cause de la popularité d’Internet.

Ce qui fait vivre les réseaux de télévisions et les chaînes spécialisés c’est la publicité.  Attendez-vous à voir des fusions et des fermetures de réseaux et de chaînes dans les prochaines années.

Le mode de publicité dit interruptoire est de moins en moins populaire.  La radio est le média ou le mode de publicité interuptoire persistera.  Pour la télévision c’est dépassé.  Certaines agences publicitaires ont amené ce mode de publicité interruptoire au Web.  Par exemple il vous est déjà certainement arrivé de voir une publicité s’afficher sur un site Internet entre deux pages.  Les gens n’aiment tellement pas cela qu’ils ont dû ajouter un hyperlien dans le haut ou dans le bas mentionnant « Sauter cette publicité et accéder à la page que vous désirez ».  Quelle inutilité.  Combien de gens écoutent la publicité et n’utilisent pas ce lien?.

Sur des sites comme Youtube, Youporn et La Presse télé  ont voit de plus en plus une publicité s’affichée pendant un bloc de 30 secondes avant d’accéder au vidéo sélectionné.

C’est malheureux que des gens s’entête à utiliser cette forme de publicité interruptoire alors que le consommateur déteste ce genre de publicité.

Innover ou mourir mais amenez des principes dépassées à une nouvelle plateforme ce n’est pas innover mais être cabochon.

La fusion Oracle et Sun Microsystems n’a aucun sens pour le consommateur

Le département de justice américain a annoncé hier qu’il approuvait la fusion Oracle et Sun Microsystems.

Pour le consommateur cette fusion n’ aucun sens car elle augmente la concentration des système de gestion de base de données.

Ainsi Oracle en mettant la main sur Sun Microsystems, devient propriétaire de MySQL jusqu’ici gratuit pour les consommateurs.

On connaît tous Oracle pour sa SGBD du même nom, Oracle.  Voilà qu’elle aura maintenant sous son gîron MySQL.

Avant cette fusion, dans le monde des SGBD il y avait trois grands joueurs dont deux nez à nez, Oracle et Microsoft avec SQL Server.  Le consommateur avait aussi le choix de la gratuité de MySQL très répendau au niveau du développement de sites Internet.

Je comprends que Oracle a échoué avec son Oracle Express Edition, sa réponse tardive au SQL Server Express de Microsoft, elle aussi une version gratuite.  Mais qu’est-ce qui a poussé Microsoft a sortir une version gratuite et allégée de son SQL Server ?  MySQL.

Voilà que maintenant Oracle a mis la main sur MySQL en fusionnant avec Sun Microsystems.

Non seulement MySQL devient la propriété de Oracle mais également Java et Open Office.  Pour Java et Open Office que ça soit à Oracle ou Sun Microsystems ça ne change pas grand chose pour Microsoft sinon la force de marketing de Oracle et le département de justice américain semble s’en foutre éperduemment.  Je parlerai dans le prochain article pourquoi Microsoft n’aura jamais un véritable adversaire de taille.

Sauf qu’avec MySQL et Oracle sous la même compagnie, voilà que la compagnie Oracle vient de devenir la compagnie #1 des SGBD dans le monde.  Ce qui pour le consommateur n’est pas une très bonne nouvelle.